Interview avec Fadoua Berrada

Elle fait le tour du monde en bateau en 114jours, juste après, elle se lance dans une aventure créative d’envergure. Fadoua Berrada est une touche-à-tout, une artiste électrique qui tient absolument à la touche poétique courant son quotidien. Sa dernière prouesse est cette toile de 50 mètres sur 2, pour illustrer la richesse du potentiel de la jeunesse marocaine.

 

1 - Tout d'abord, nous souhaitons mieux vous connaître à travers votre parcours professionnel avec un bref diaporama de vos expériences jusqu'à aujourd'hui?

 

J'ai obtenu mon diplôme sur les bancs de l’ISCAE en 2002, avant d’y retourner quelques années plus tard en tant que professeur. Après un parcours de manager au sein de grands groupes et multinationales renommées, je décide de tenter l’expérience de l’entreprenariat en lançant un concept store spécialisé en porcelaine, orfèvrerie et cristallerie au sein du Morocco Mall. Envoûtée par le design, j'ai développé une ligne d’art de la table «by FB». Par moments, j'aime m’enfermer dans mon atelier pour exprimer mes sentiments et ma vision du monde sur toile ou sur des pages blanches.

 

2 - Entrepreneure, créatrice, artiste et puis écrivaine, vous avez su combiner vos compétences à vos aspirations personnelles pour réaliser vos ambitions. D'où avez-vous puisé la force pour relever tous ces défis? Et comment décrivez-vous la satisfaction que vous a procurée le passage de chacun de ses obstacles? 

 

Je crois tout d'abord que nous avons tous une force intrinsèque qui nous anime si on l'identifie et si on réussit à l'extraire. Ce réservoir de talents et de forces s'enrichit lorsque le pompage est réalisé à bon escient. 

Chaque étape professionnelle est une aventure passionnelle de ma vie...je n'arrive pas à être impartiale quant à mes plaisirs personnels. L'art, le design, l'écriture, l'entreprenariat sont tous des drivers sensoriels à priori et qui peuvent avoir une seconde lecture plus pragmatique et plus professionnelle. 

Les défis sont inéluctables à mes yeux, je n'affectionne pas les choses simples ou accessibles...J'aime vivre dans un monde de difficultés assumées.

Prenant l'exemple de la négociation, si votre interlocuteur cède facilement vous ne savourez pas la victoire, vous restez sur votre faim, vous avez un goût d'amertume et de doute en vos compétences à obtenir le meilleur scénario favorable. En l'occurrence le meilleur scénario de votre vie...

 

3 - D'après vous, comment peut-on être heureux dans sa vie professionnelle?

 

Comme dit le vieil adage : "Quand on aime on ne compte pas" moi je dirai "quand on aime ce qu'on fait on ne travaille pas" on s'amuse...

Je suis partisane de la vie professionnelle éclectique parce qu'on ne vit pas plusieurs vies...l'ennui n'a pas lieu d'exister...

Plus mon travail est atypique plus je suis heureuse...

J'aime me distinguer par rapport à l'existent au moment T...Le processus de création est ma dopamine, ma sérotonine..

Cela démarre par une idée, une réflexion, un concept pour donner naissance à une réalisation...la célébration...et rebelote une nouvelle idée s'expose et s'impose...